Une expérience chez Kalisana

Une expérience chez Kalisana

Réaliser un stage chez Kalisana fût une expérience enrichissante pour mon entrée dans le monde du travail. Elle fût brève mais intense car j’ai eu l’occasion de m’investir sur différents projets. J’étais principalement en charge de la stratégie marketing et de communication étant donné mes études en Sciences Economiques et de Gestion, mais j’ai également pû travailler sur des petits projets internes qui m’intéressaient comme le choix du packaging et de son design. 

 

Avoir poursuivi mon apprentissage dans une startup jeune et dynamique comme celle-ci a été très instructif car cela m’a permis de voir tous les aspects qui se cachent derrière le lancement d’une entreprise. J’étais curieuse d’en apprendre davantage sur l’entrepreneuriat, un monde que je ne connaissais pas il n’y pas si longtemps. Il est vrai que se lancer à son propre compte n’est pas chose aisée et qu’il faut savoir s’imposer une certaine discipline pour avancer. Mais la richesse qui accompagne un tel projet de vie est indéterminable. En effet, que ce soit sur le plan humain ou sur le plan professionnel, j’ai appris énormément de choses sur les joies et les difficultés qui accompagnent le monde de l’entrepreneuriat. 

 

En ce qui concerne les relations humaines, je me suis directement sentie à mon aise quand j’ai intégré l’équipe Kalisana. Alicia et Louise m’ont fait confiance et donné de nombreuses responsabilités dès le début. J’avais plus l’impression d’avoir le rôle de co-associée que celui parfois ingrat de la stagiaire. Cela procure un sentiment de confiance qui m’a poussé à prendre des initiatives et à m’investir réellement dans le projet comme si c’était le mien. Je recommande donc à tous les étudiants qui sont à la recherche d’un stage de venir tenter leur chance chez Kalisana pour bénéficier d’une expérience riche et inédite. 

Estelle Materne 🙂 

 

Retour de notre mois de juin

Retour de notre mois de juin

Que s’est-il passé au mois de juin chez Kalisana ? 

Hé bien ! Que du bon ! Et quel mois ! 

Après quelques semaines à réfléchir et brainstormer sur la manière dont Kalisana allait revenir sur les rails, nous avons décidé de faire au plus simple : une vente exclusive de notre granola dans nos trois villes préférées (Namur-Louvain-la-Neuve-Bruxelles) avec un partenaire particulier dans chaque ville.

Une première production grande échelle

Allé hop, c’est parti. Nous ouvrons les commandes via google form le 1er juin et les fermons le 10 juin. Résultat : 29 kilos achetés par notre communauté <3 et plus de 10 kilos par nos futurs partenaires. Allé hop, notre premier objectif de reprise est atteint ! 

Ok, nickel, par contre, combien de temps ça prend de produire 40 kg ? On stocke ça dans quoi (car notre granola est vendu en vrac, vive le zéro déchet!) ? On est sûr du temps de cuisson de ce four ? 

Après un nouveau brainstorming et un bon planning de production (serré on vous l’avoue), nous trouvons des solutions et nous sommes fin prêtes le samedi pour produire nos 40kg. Masquées et mains lavées, Louise s’occupe du kasha, moi (Alicia), de l’avoine. Tout d’un coup, je m’arrête et regarde Louise avec des grands yeux écarquillés. Louise s’arrête elle aussi et me demande quel est le nouveau problème. Je lui dis que cet avoine est très très bizarre ! Nous avions commandé de l’avoine entier et non en flocon ! Notre fournisseur qui ne rouvre que le lundi n’est pas une solution, nous courons donc dans notre magasin en vrac préféré pour leur acheter un paquet de 25 kg (on est vraiment très bons clients).

Finalement, la production qui aurait dû être terminée en une journée, s’est en fait passée en plusieurs jours :p Mais ce qui compte : nous avons revu nos clients, nous avons papoté avec eux, nous avons eu des feedbacks et surtout, nous avons appris à commander le bon avoine ! 

A la recherche de l’atelier de nos rêves

Nous avons également roulé à gauche à droite pour trouver l’atelier de nos rêves et nous professionnaliser. Malheureusement, ce n’est pas encore une réalité et nous sommes toujours à la recherche d’un local disposant de grands fours pour cuire nos granolas plus vite. 

Pouvez-vous être nos yeux et nos oreilles ? Si vous connaissez une boulangerie, un restaurant ou autre qui serait prêt à nous accueillir 1 ou 2 jours par mois, disposant de grands fours et de matériel type hachoir, parlez-leur de nous ou partagez vos contacts, ça nous sera d’une grande aide !

Des premiers partenariats

Et le meilleur pour la fin… Nous avons également discuté avec pas mal de partenaires et nous avons concrétisé trois collaborations : 

  • Nous sommes disponibles sur l’épicerie en ligne Eat’s local… 

  • … Ainsi que sur la vitrine locale, qui nous livre maintenant dans toute la Belgique

  • Monsieur Bowl, poké bar, est notre premier restaurant partenaire ! La patronne s’amuse à inventer des recettes avec notre Spring Granola et le propose même lors de ses brunchs !

On se voit le mois prochain pour un résumé de nos aventures du mois de juillet ! Envie de suivre en temps réel nos aventures ? Rendez-vous sur Facebook et Instagram et suivez nos pages Kalisana.belgium.

La realite de l’entrepreneuriat dans l’agro-alimentaire

La realite de l’entrepreneuriat dans l’agro-alimentaire

En trois ans d’entrepreneuriat, on m’a posé pas mal de questions sur la manière dont j’avais commencé à monter Kalisana. C’est une question simple dont la réponse est complexe. Aujourd’hui, je n’ai pas la même réponse qu’il y a un an ou plus. Après à peine un an d’expérience entrepreneuriale dans le secteur de l’agroalimentaire, ma vision avait déjà changé ! 

Cette aventure que j’ai décidé de débuter à la fin de ma troisième année d’université, je l’ai abordée avec beaucoup de naïveté (ce qui est très utile dans l’entrepreneuriat – moins on en sait, plus on tente sans crainte, sans frein et plus on acquière de l’expérience). 

 

Mon pourquoi 

Entreprendre dans la food me paraissait facile. En effet, tout le monde doit se nourrir. Ce n’est pas un secteur qui risque de disparaître et il est plutôt trendy. De plus, j’étais motivée par un besoin et une envie de changer les tendances food à Louvain-la-Neuve. En effet, trois années passées dans cette petite ville et toujours pas d’alternatives pour manger sainement et durablement. Hormis ce manque cruel de solutions saines, je suis de plus en plus dégoûtée de ce marketing à deux balles des marques qui promettent des produits sains, vantant des capacités à faire perdre du poids ou à te faire sentir en meilleure forme. Finalement, j’avais perdu confiance en ces marques et j’ai fini par ne plus savoir quoi acheter pour manger sainement.

 

L’envie d’un monde meilleur 

Toujours avec autant de naïveté, ma volonté est alors de créer une marque forte de ses valeurs, de ses prix abordables pour le consommateur et dotée d’une éthique (transparente dans la composition de ses produits, et qui n’empoisonne pas Mr et Mme Tout Le Monde!). Avec toute la volonté du monde, je m’impose des freins : des recettes équilibrées (et merci Louise d’avoir toujours veiller à cela), des emballages compostables, des produits bio et des prix abordables surtout !

 

Les difficultés du marché de la healthy food 

Sauf que voilà, je n’ai finalement pas choisi le secteur le plus facile, comme je le pensais. Oui, tout le monde doit se nourrir c’est un fait. La réalité est que cela peut inspirer tout le monde. Les entrepreneurs food s’accumulent donc et saturent le marché. Sauf qu’en fait, ce marché de la food, et celui du healthy food plus particulièrement, est saturé par des marques qui : 

  • Soit n’y connaissent rien et font du terme “healthy” un élément marketing 

  • Soit ont fini par mettre leurs valeurs de côté à cause de la pression des concurrents et des prix toujours plus bas.

Mais ça ne s’arrête pas là ! Si on campe sur nos valeurs et que l’on se promet de rester toujours éthique à ce niveau-là, qu’en est-il du prix ? Comment fait-on pour garder un prix juste face à des marques qui sont clairement passées du côté obscur ? Le panier moyen dans l’alimentaire est assez bas, ce qui veut dire que les marges le sont aussi et qu’il faut donc produire en assez grande quantité que pour pouvoir entrer dans ses frais et bénéficier également de prix grossistes intéressants. Mais comment fait-on si on est un petit poisson éthique face à un requin obnubilé par son profit ? 

Enfin, la troisième difficulté est qu’à côté de tout le business, il y a : la finance, la communication, la prospection, le customer care, la production, la comm et la comm et la comm (oups, déjà dit…) mais aussi la stratégie (long terme, moyen terme, court terme). Ce qui veut dire qu’il faut se tenir au courant de ce qu’il se passe dans le monde de la food qui, certes, est tendance mais par la même occasion, très évolutif. Et donc, il faut prendre le temps de s’informer, de lire et de voyager (et pour l’instant, on s’en tient aux voyages sur internet car le coco19 est toujours là!). C’est super prenant et intéressant ! Oups, on n’a malheureusement que 24 heures dans une journée !

 

Mais alors comment faire pour entreprendre de manière éthique dans l’agroalimentaire quand on démarre de rien ? 

 

Vous en pensez quoi vous ? Nous avons nos solutions qu’on partagera avec plaisir autour d’un petit café, just ask ! 

Voici notre nouvelle identité !

Communiqué de presse : Changement de nom de marque des petits-déjeuners sains à Louvain-la-Neuve.

La jeune startup néo-louvaniste « Prends-en de la graine » vient de connaître un changement important. En effet, les trois fondateurs, Alicia Verspecht, Manuèle Robin et Benjamin Hers ressentaient le besoin de donner une nouvelle impulsion à leur entreprise en changeant de marque : un nom, un logo et une identité visuelle capable de les porter à un marché autre que francophone, pour remplir leur mission qu’ils se sont donnés : permettre à tous de manger sainement, de manière rapide, facile et durable.

Avec l’aide de Xavier Warrant, designer chez Deepwhite, Prends-en de la graine devient donc aujourd’hui KALISANA. Les trois jeunes fondateurs se sont inspirés de leurs voyages pour construire leur nouvelle identité de marque : « Kali » provient de Kaliméra, qui signifie « Bonne journée » en grec. « Kali » est également un rappel de la qualité de leurs produits. Ensuite, le « Sana » signifie « sain » en espagnol, la valeur centrale et la mission que s’est donné les trois fondateurs.

Grâce à ce nouveau nom, les trois associés sont prêts à attaquer le marché de Louvain-la-Neuve mais également à voir plus loin, au-delà des frontières francophones. Affaire à suivre de près !

 

A la recherche d’un job d’etudiant

NOUS RECRUTONS DES ETUDIANTS POUR L’ANNEE 2019-2020 !

Description de l’entreprise

Prends-en de la graine est une startup qui fêtera ses 1 an en octobre 2019. Basée à Louvain-la-Neuve et fondée par trois étudiants Alicia, Manuèle et Benjamin; sa mission est de permettre aux étudiants et travailleurs de mieux s’alimenter grâce à nos petits-déjeuners sains et faits maisons. En pleine phase de développement, nous préparons et vendons nos petits-déjeuners le mardi, mercredi et jeudi dès le 17 septembre 2019, au Mex&Go dans le centre de Louvain-la-Neuve. Et pour cela, nous recherchons les étudiants les plus motivés de Louvain-la-Neuve ! Alors si tu aimes l’univers des startups et accorde une importance à l’alimentation saine et à la santé, n’hésites plus: envoie nous ton cv ! 


Description du profil recherché : 

  • Ponctuel et organisé
  • Souriant et serviable
  • N’ayant pas peur des responsabilités 
  • Flexible au niveau des horaires
  • De préférence avec une expérience dans l’HORECA
  • De préférence avec Permis B

Lieu : Mex & Go de Louvain-la-Neuve

Description du poste : 

  • Horaire : 6h30 à 10h30 les mardis, mercredis et jeudis (minimum 2 jours de disponibilités) au Mex&Go de Louvain-la-Neuve
  • Tu nous aideras à la préparation des smoothiebowls
  • Tu servira les clients et répondra à leurs questions
  • Tu nous aidera au nettoyage de la salle

→ ! Rémunération attractive ! ←

Postule jusqu’au 9 septembre 2019 uniquement par mail à l’adresse suivante : jobpedlg@gmail.com avec une copie de ton cv. 

0