Retour sur notre mois d’avril

Retour sur notre mois d’avril

Le mois d’avril étant déjà terminé, il est temps de faire le point sur les nouveautés qui ont rythmé ces 30 derniers jours chez Kalisana !

NOUVEAU STAGIAIRE

La première grande nouvelle que nous voulons vous partager est l’arrivée de notre nouveau stagiaire, Nader, qui a commencé son stage chez Kalisana début avril. Il détient un master en gestion d’entreprise et marketing et est passionné par le marketing digital. Il a postulé chez Kalisana pour continuer dans cette voie et réalise son stage en travaillant en parallèle chez Colruyt. En plus de sa passion pour le marketing, il aime cuisiner, grimper et également voyager. Il occupe le rôle de responsable Marketing Digital et il a déjà bien avancé ! A ce sujet, vous pouvez, grâce à lui, laissez votre avis sur notre page Google. Ca nous aiderait grandement donc lâchez vos coms ; c’est juste ici

NOUVEAUX PARTENAIRES

Durant le mois d’avril, nous avons eu la chance de dénicher deux nouveaux partenaires !

Le premier est Briocoli ! Ce n’est pas totalement un nouveau partenaire étant donné qu’il y a deux ans, Jean-Baptiste de Briocoli vendait déjà nos granolas ! Mais à l’époque, il vendait ses produits dans la bibliothèque de son université et nous, nous nous appelions encore Prends-en de la graine. Depuis, chacun a fait son petit bout de chemin et aujourd’hui, Jean-Baptiste a développé sa boutique en ligne 100% zéro déchet ! Vous pouvez dès à présent y retrouver nos deux sortes de Granola. À côté de sa boutique, il a également ouvert un compte Instagram qui lui permet de donner des conseils en tout genre sur le zéro déchet à toute sa communauté. 

Pour notre deuxième partenaire, nous avons décidé de nous éloigner un peu de notre zone de commerce habituelle. En effet, vous pouvez dès aujourd’hui retrouver nos Granolas ainsi que nos Energy Balls chez Croquez local à Tournai. Cette boutique 100% locale a été créée par Anne-Claire juste avant le premier confinement. Son but est de proposer des produits 100% belge et de saison à la population tournaisienne et ainsi apprendre aux gens que non, manger local ne rime pas forcément avec payer plus cher. 

 

SUCCES DE LA BOXE FETE DES MERES

 

Comme annoncé le mois dernier, nous avons créé une nouvelle box mais cette fois-ci pour la fête des mères. Nous avons voulu mettre à l’honneur nos mamans, les femmes en général et finalement les femmes entrepreneures. C’est pourquoi, nous avons collaboré avec d’autres femmes entrepreneures namuroises afin de créer une box qui ravira vos mamans chéries ! Ps : il en reste encore quelques-unes sur notre site, foncez-y pour avoir la vôtre ! 

Dans cette boxe, vous pouvez retrouver un ballotin de nos Energy Balls ainsi qu’un paquet de Sweet Granola, un bouquet de fleurs séchées de la Fabrique aux fleurs et enfin une carte de l’atelier éco-responsable Esopa ! 

Nous souhaitons vous remercier pour le succès que cette boxe a engendré et vous laisser dans le suspens en vous disant que pleins de surprises arrivent encore très bientôt !

Retour sur notre mois de mars

Retour sur notre mois de mars

Toute l’équipe a bien bossé pour que nos snacks soient encore plus accessibles en Wallonie et à Bruxelles ainsi que pour vous proposer de belles surprises avant l’été !

NOUVEAUX PARTENAIRES

Nous accueillons 3 nouveaux KaliPartners depuis mars ! Découvrez-les ci-dessus : 

    • Le premier se situe à Lasne ! Il s’agit de l’épicerie fine et bio C’terroir qui a vu le jour il y a tout juste un mois. Vous pouvez y retrouver nos granolas sucrés et salés. 

    • Le deuxième est un distributeur de snacks sains en entreprises qui propose également des box d’en-cas sains. Il s’agit évidemment de Bulk Bar ! 

    • Et finalement, nos snacks sont au rayon nutrition du Decathlon Evere ! Si cette première collaboration fonctionne bien, nous pourrions être dans d’autres magasins ! Vous avez compris ce qu’il vous reste à faire 😉 

LA DIETETIQUE CHEZ KALISANA

Vous l’avez sûrement compris, la nutrition constitue une grande part de la vie de Kalisana. Grâce à Louise, notre diététicienne, nous avons la possibilité d’offrir des produits avec tous les apports nutritionnels nécessaires pour avoir le maximum d’énergie. 

On aimerait donc développer ce côté nutrition davantage et vous proposer ainsi des articles ou des posts sur nos réseaux sociaux qui pourraient vous intéresser. Qu’en dites vous? 

Pour cela, on aimerait connaître vos goûts et vos attentes par rapport à une marque alimentaire belge comme la nôtre. 

    • Seriez-vous intéressés par des menus diététiques et sains plus régulièrement sur nos plateformes ? 

    • Ou bien préféreriez-vous en apprendre davantage sur les fausses croyances alimentaires qui nous poursuivent depuis des années ainsi que des conseils pour mieux s’alimenter ? 

    • Finalement, l’alimentation pré et post séance de sport serait-il un sujet intéressant à aborder selon vous ?

N’hésitez pas à nous laisser votre avis en commentaires ou à nous envoyer un petit message !

L’APPROCHE DE LA FÊTE DES MERES

Comme vous le savez tous, la fête des mères en Belgique aura lieu le 9 mai prochain. Pour cette occasion, nous avons décidé de faire des box cadeaux dans le même esprit que les box de Noël. Ces box seront constituées de nos produits ainsi que d’autres surprises en collaboration avec des entrepreneures namuroises. Par ces box, nous voulons mettre à l’honneur la femme, la mère de famille, ainsi que la Girl Boss qui sommeille en nous. C’est pourquoi nous avons choisi de travailler avec d’autres femmes belges afin de créer une boxe qui nous ressemble. 

Cependant, avant de vous dévoiler le contenu exact de ces boîtes nous aurions aimé connaître le budget habituel que vous mettez à l’occasion de la fête des mères, ainsi que le type de cadeaux que vous privilégiez. 

Nous voulons faire notre maximum pour vous satisfaire, c’est pourquoi votre avis nous sera extrêmement précieux pour l’élaboration de ce projet.

Dites-nous tout en commentaire ! 

Retour sur nos premiers mois de 2021

Retour sur nos premiers mois de 2021

Après avoir surmonté avec force et courage le fameux “Blue Monday”, plus connu sous le nom du jour le plus déprimant de l’année, la Kali Team a retroussé ses manches et autant vous dire que nous n’avons pas chômé ! Découvrez ici, nos dernières aventures de ces mois de janvier et février.

Nouveaux objectifs

Bien que l’article abordant les nouvelles résolutions blâment un peu cette pratique, on s’y est tout de même laissé tenter en se fixant de nouveaux objectifs 2021 ! La team s’est engagée à étendre le réseau de Kalisana et ancrer encore davantage nos produits en Wallonie et à Bruxelles. Pour cela, nous comptons bien sceller de nouveaux partenariats avec des petits et moyens commerçants mais aussi promouvoir nos Energy Balls, par exemple, lors d’événements sportifs. N’hésitez pas à nous mettre en commentaire vos magasins préférés ou les évènements sportifs auxquels vous participez !

De plus, au vu du succès des Box de Noël, nous pensons réitérer l’idée pour d’autres occasions ! Stay tuned !

Nouvelle stagiaire

La deuxième bonne nouvelle est que la team Kalisana s’est agrandie ! Début février, nous avons accueilli notre nouvelle stagiaire, Anne-Laure. Étudiante en première année de master en ingénieur de gestion, elle a voulu connaître de plus près le monde de l’entreprenariat. Afin de mettre en pratique son option en marketing digital à la LSM, elle va s’occuper de la gestion des réseaux sociaux et va également nous aider dans la recherche de nouveaux partenaires du côté de sa ville d’origine qui n’est autre que Tournai !

Nouveaux partenariats

En parlant de partenaires, nous allons vous en présenter deux nouveaux !

Au mois de janvier, Cornü a rejoint la liste de partenaires de Kalisana. Vous pouvez dès lors retrouver nos Energy Balls David et Corentin dans leurs magasins situés à Overijse et Ochamps.

Depuis peu, l’épicerie bio Vegasme s’est également lancée dans l’aventure Kalisana. Natacha, sa fondatrice, met un point d’honneur sur la provenance de ses produits. Vous pouvez trouver nos Energy Balls dans cette boutique constituée entièrement de matériaux recyclés ! Située à Ixelles, cette épicerie possède en plus un service traiteur.

Nous avons, comme toujours, quelques surprises pour le mois prochain ! N’hésitez pas à nous suivre sur Facebook et Instagram pour suivre notre actualité au quotidien !

A bientôt la KaliFamily !

Alimentation pré-péri-post fêtes

Alimentation pré-péri-post fêtes

En ce début de nouvelle année, outre les small talks de type “Meilleurs Voeux, Joyeuses Fêtes, Bonne Santé, …”, combien de fois n’aura-t-on pas entendu, sur un ton sarcastique ou non, un “New Year, New Me” ? Est-ce que le 1er Janvier 2021 devrait résonner différemment que le 31 Décembre 2020 ? 

Depuis l’Antiquité, l’Homme a vu le passage à une nouvelle année comme un nouveau départ. A cette époque, il s’agissait, avant le passage à une nouvelle année, de rembourser ses dettes ou de rendre les objets empruntés. Aujourd’hui, les nouvelles résolutions ont une portée bien plus large. Elles englobent toutes les sphères qui gravitent autour de nous, allant d’une modification de notre personnalité en améliorant telle ou telle facette, ou encore en touchant aux sphères professionnelles, sportives, éthiques, … 

Nous pensons nous vouloir du bien, à nous comme à notre corps, en nous fixant des intentions bienveillantes fixées en début d’année et qui se veulent durables. Toutefois, en n’ayant, d’une part, pas toujours appréhendé les différents changements à mettre en place au préalable et, d’autre part, en voyant ça comme un changement radical et non progressif, cette démarche ne la rend-t-elle pas contre-productive ? 

Il suffit de procéder à une simple recherche Google pour se rendre compte que dans les premières positions de ces fameux listings de “bonnes résolutions” se trouve la non-négligeable et culpabilisante… perte de poids. Pourquoi la retrouve-t-on si souvent en tête du classement ? Bien souvent parce que les fêtes de fin d’année (et l’épiphanie soit dit en passant) ont été généreuses en excès. Les fêtes correspondent souvent à un moment de répit, passé en famille ou entre amis, où des aliments consommés exceptionnellement se retrouvent dans nos assiettes, l’alcool coule parfois davantage à flot que d’habitude, et où on outrepasse quelque peu nos sensations alimentaires. On se soucie bien peu de notre digestion, de notre appétit. Ca ressemble un tant soit peu à du gavage (sans vouloir faire d’analogie à Gaia), non ?

Comment orienter ses actions, et dans le cas échéant, la volonté de tendre vers un mode de vie plus sain, mais également durable ?

1. La Faim – S’écouter. Le corps humain est, pour cela, plutôt bien fait. Il nous permet, par divers signaux physiologiques qui nous sont propres, de reconnaître lorsque nous avons faim. Le ventre creux, le ventre qui gargouille, la tête qui tourne, … font partie des signaux évocateurs de la faim. A ne pas confondre avec l’envie de manger, qui peut apparaître lorsque l’on passe à côté d’une vitrine alléchante, ou de l’armoire de notre cuisine (Dieu sait comme on la voit souvent lorsque l’on télétravaille). Un conseil : ne faites pas vos courses le ventre vide, ça exacerbe l’envie d’acheter des comfort foods !

2. La Satiété – Savoir s’arrêter au bon moment. Le cerveau, et le corps, ont, eux, plus de mal à déterminer lorsque la prise alimentaire doit s’arrêter. Il n’y a pas de solution miracle. Il n’est ni question de s’arrêter à tout prix lorsque l’assiette est finie (après y avoir pesé tous les différents ingrédients, quand bien même cette assiette représenterait l’équilibre nutritionnel idéal et adéquat), ni lorsque le bouton du pantalon est au bord de l’explosion. La satiété, c’est un sentiment de non-faim, que l’appétit est satisfait. Pour savoir la repérer, il faut prendre le temps de manger, poser ses couverts, mâcher, être dans l’instant présent, savoir remarquer que la sensation de faim diminue au fur et à mesure du repas. 

3. L’Envie/La Gourmandise – Ne pas se culpabiliser. Combien d’entre nous n’ont pas déjà eu des accès de frénésie alimentaire ? Ouvrir un paquet quelconque, avoir un pêché mignon, devant lesquels il est difficile d’être parcimonieux ? Faut-il pour autant être ascète ? Certainement pas. Le principal, lorsque l’on se connaît et qu’on connaît nos envies, est de les lister et de pouvoir être conscient de son manque de contrôle lorsque l’on consomme celui/ceux-ci. Nul besoin de ne plus les acheter pour ne pas y céder mais de pouvoir cohabiter avec ses envies. Le principal enjeu sera de pouvoir le déguster, lorsque celui sera consommé plutôt que de céder à du binge-eating. Nous ne sommes pas pour autant surhumains donc s’il vous plaît, n’essayez pas de vous conditionner à être tout le temps irréprochable, il faut aussi savoir accepter ses écarts, sans se culpabiliser.

4. La Dépense Energétique – Tendre vers un mode de vie actif.  La dépense énergétique est composée de :

A. Du métabolisme de base : la dépense énergétique d’un individu dans les conditions basales, à savoir au repos ;

B. De l’action dynamique des aliments, c’est-à-dire de l’énergie utilisée pour la digestion, l’absorption, le stockage et l’élimination ; 

C. De l’activité physique spontanée :  ;

D. De l’activité physique liée aux exercices : Les bonnes résolutions, ce n’est pas se forcer à s’inscrire dans une salle de sport. Alors, oui, il est vrai que payer pour faire du sport incite peut-être à se rendre à la salle (par souci de rentabilité ?). Mais pour combien de temps ? Trouvez un sport qui vous plaît, en individuel ou en collectif. Et dites-vous que cela n’est pas immuable. L’hiver peut être propice à trouver des activités d’intérieur : installer un home trainer, un vélo d’intérieur, un tapis de gym, des élastiques, … Il y a mille et une solutions pour se bouger même quand la luminosité et le temps ne sont pas de notre côté. Essayez également de vous rendre au travail à pied, à vélo ou de réduire les moments de sédentarité qui parsèment notre vie (et d’autant plus si votre métier consiste à être assis devant un écran) ;

5. Les besoins énergétiques – S’alimenter quantitativement

Nos besoins sont déterminés par notre âge, notre sexe, notre poids, notre activité, notre état physiologique, … Je pense n’apprendre rien à personne en disant qu’un poids stable s’obtient en équilibrant ses apports et ses besoins. Cela paraît simple sur papier mais parfois nettement moins évident avec les aléas du quotidien. Notre sommeil, notre récupération post-effort physique, notre transit peuvent impacter positivement ou négativement nos apports. En effet, notre transit peut être perturbé par un manque d’hydratation, une digestion ralentie, de l’anxiété, du stress, un manque de fibres, … ce qui peut, entre autres, se répercuter sur notre poids ou notre silhouette. Le poids et l’équilibre nutritionnel ne se limitent pas à un day-to-day mais à un day-to-life.

6. Rééquilibrage – S’alimenter qualitativement

Cela rejoint les premiers points de cette liste dans le sens où il est important d’écouter nos sensations alimentaires (faim, satiété, rassasiement), tout en gardant à l’esprit qu’il est important de diversifier son alimentation, d’apporter des aliments de haute valeur nutritionnelle et de tendre vers des prises alimentaires à densité énergétique faible. 

Le Food In Action a répertorié 5 priorités pour mieux manger : 

A. Les produits céréaliers complets (minimum 125g par jour) ; 

B. Les fruits (250g par jour) et légumes (300g par jour) ;

C. Les légumineuses (lentilles, pois chiches, haricots rouges, pois cassés, …) : au moins 1x par semaine ;

D. Fruits à coque et graines : 15 à 25g par jour ;

E. Sel : limitez le sel en cuisine et ne salez pas à table

En espérant vous avoir dissuadé.e ou, en tout cas, vous avoir quelque peu convaincu.e de l’utilité de vous préparer au préalable à mettre en place des habitudes qui tenderont à modifier durablement vos apports alimentaires et votre mode de vie (sans passer du tout ou tout et sans attendre une date butoire quelconque). 

N’hésitez pas à recourir à un.e dieteticien.ne si vous souhaitez être accompagné.e dans une démarche de rééquilibrage alimentaire.

Prenez soin de vous !

Louise

Last (but not least…) month of the Covid-19 Year

Last (but not least…) month of the Covid-19 Year

Que s’est-il passé en Décembre pour Kalisana?

DU SALTY GRANOLA DANS VOS ASSIETTES

Le Salty Granola, c’est la petite touche épicée qui agrémentera vos plats. Peu connu ou jusqu’à présent associé dans des recettes, notre livre permet de vous inspirer pour le déguster de différentes manières. A base de flocons d’avoine, de graines de tournesol et de courge, il ajoutera du croquant et de bonnes épices à vos plats ! La bonne nouvelle : Nutri-Bay l’a essayé et adopté! Retrouvez le Salty sur leur site internet !

DES BOX DE NOËL SOUS LE SAPIN

Après vous avoir teasé sur le lancement de nos box de Noël, l’équipe Kalisana a jonglé entre la production, l’assemblage et la livraison des box de Noël commandées. Quel plaisir de pouvoir livrer nos clients et de recevoir un feedback sur nos produits.

On me dit dans l’oreillette que ce type de box pourrait faire son retour pour l’une ou l’autre occasion. On ne vous en dit pas plus pour l’instant !

CADEAUX DE FIN D’ANNÉE EN ENTREPRISE

En cette fin d’année particulière, mêlant un sentiment de fête de fin d’année sans pouvoir réellement se regrouper comme lors des années précédentes, de nombreuses entreprises ont fait le choix de soutenir de plus petits acteurs de l’économie, et ainsi offrir à leurs employés des cadeaux locaux. Le VentureLab, Tricobel, l’UCLouvain, une équipe d’un SPF et Amnesty ont choisi d’agrémenter leurs packs de fin d’année de granola Kalisana. Merci de nous avoir fait confiance!

Comme vous pouvez le voir, Kalisana grandit de jour en jour et toute l’équipe est heureuse de l’avancée du projet. On a hâte de voir ce que l’année 2021 nous réserve… Venez nous rejoindre sur nos réseaux sociaux pour être au courant en avant-première de toute notre actualité!

https://www.facebook.com/kalisana.belgium/ 

https://www.instagram.com/kalisana.belgium/

RETOUR SUR LE MOIS DE NOVEMBRE

RETOUR SUR LE MOIS DE NOVEMBRE

Que s’est-il passé en Novembre pour Kalisana?

Eh bien, ce mois a, encore une fois, été bien chargé en projets et nouveautés. Kalisana a plein de bonnes nouvelles à annoncer! Ce mois-ci, la team s’est transformée en Mère Noël pour vous apporter pleins de belles surprises à l’approche des fêtes.

NOUVEAUX SNACKS

Ce mois-ci, ce n’est pas un nouveau produit que nous devons vous présenter, mais bien deux snacks qui vont venir accompagner vos journées et que vous ne voudrez bientôt plus quitter. 

Après quelques mois de travail, nous avons sorti un nouveau granola : le Salty Granola. A base de flocons d’avoine, agrémenté de graines de tournesol, de courge et d’épices, ce granola riche en saveurs saura apporter une touche croquante dans vos soupes, salades ou encore des légumes au four.

Nos deuxièmes petits chouchous, ce sont les crackers! Existants en 2 goûts différents, sésame et tournesol chia, ces snacks seront parfaits pour accompagner vos dip préférés pendant vos apéros avec vos proches.

Ces deux nouveaux snacks sont à retrouver très prochainement chez nos partenaires!


PARTENARIAT

Ce mois-ci encore, un nouveau partenaire a décidé de nous faire confiance: Arsène. Connu pour ses box apéro belges, Arsène a décidé d’étendre sa gamme et de proposer une version sucrée. Arsène accorde une importance particulière à travailler avec des produits belges, artisanaux et de petits producteurs. Toute la team Kalisana est heureuse de pouvoir compter Arsène parmi ses partenaires. 

https://arsene-bel.be/?lang=fr

BOX DE NOEL

Si vous nous suivez sur les réseaux, vous en avez certainement entendu parler. Kalisana a sorti 2 boxes de Noël remplies de tous nos produits qui sont à retrouver sur notre site internet. 

La Box Mini est composée de nos 2 granolas, le Spring et le Salty, ainsi que d’un livre de 20 recettes inspirées de recettes de blogueuses food.

La Box Découverte se compose de 5 produits: le Spring Granola, le Salty Granola, nos Energy Balls, nos Crackers et un dip au goût confit d’oignons de chez Fruitopia. Ces produits sont également accompagnés du livre de 20 recettes d’influenceuses. 

Pour être sûr de les recevoir avant Noël et de pouvoir les mettre sous le sapin, n’hésitez plus et commandez vos boxes avant le 14 Décembre sur notre site: https://www.kalisana.be/comptoir/ 

Comme vous pouvez le voir, Kalisana grandit de jour en jour et toute l’équipe est heureuse de l’avancée du projet. On a hâte de voir ce que l’année 2021 nous réserve… Venez nous rejoindre sur nos réseaux sociaux pour être au courant en avant-première de toute notre actualité!

https://www.facebook.com/kalisana.belgium/ https://www.instagram.com/kalisana.belgium/

5 conseils pour penser positivement

5 conseils pour penser positivement

Crédit photo : Camille Deceunink (micadec sur Instagram).

Pandémie, épidémie, crise sanitaire… appelez la COVID-19 comme vous le désirez. Ces mots jonchent notre vocabulaire depuis plusieurs mois désormais. Notre quotidien s’est vu prendre une toute autre facette et nous avons dû rapidement nous habituer, nous adapter, au prix fort pour certains. D’une part, notre vie professionnelle s’est vue chamboulée, obligeant certains à télétravailler cinq jours sur cinq, et d’autres, à être contraints de fermer leurs commerces. D’autre part, notre vie sociale a été successivement réduite et agrandie, profitant d’un sentiment éphémère de retour à la normale. Il fut toutefois de courte durée. Une partie de la population mondiale a été plongée dans un reconfinement, soumettant une nouvelle fois notre santé mentale à de rudes épreuves. Nos attentes sont floues, nos objectifs sont difficilement planifiables, notre futur est incertain. Ce qui peut parfois rendre nos actions quotidiennes vaines de sens, d’espoir… Cela a malheureusement été le cas pour cette jeune entrepreneuse liégeoise. Ce cas est loin d’être une histoire isolée et nous devons veiller à prendre soin de notre santé mentale, de nos émotions, de nos états d’âme. Nos pensées déterminent la façon dont nous nous mettons en rapport avec les obstacles qui se dressent sur notre chemin. 

Parce qu’on le dit souvent que “Kalisana est surtout un style de vie qui permet de se sentir bien dans son corps et son esprit”, nous avons décidé d’interviewer Isaline Delvenne, psychologue et spécialisée en psychologie positive. En espérant que cet article mette un peu de soleil dans la grisaille actuelle imposée par le coronavirus, le manque de luminosité et la baisse des températures faisant suite au changement d’heure et à la saison automnale. 

Hello Isa ☺Selon toi, quelles sont les séquelles que le(s) confinement(s) vont laisser ? 

Les enfants peuvent ressentir beaucoup d’angoisses face à la situation. C’est important qu’ils puissent comprendre ce qu’il se passe et que les parents puissent eux-mêmes exprimer leurs inquiétudes et en parler ouvertement pour pouvoir en discuter avec leurs enfants. C’est sûrement un grand défi pour les adultes, car cette pandémie peut générer beaucoup d’inquiétudes par rapport au futur (quel monde on va laisser à nos enfants, etc). Mais ce n’est pas de la faiblesse d’être capable d’assumer ces sentiments de peur. Au contraire, cela montre aux enfants que leurs parents sont parfaitement humains, que eux aussi ils peuvent vivre des émotions plus désagréables. C’est finalement un bon exemple à donner aux enfants : juste montrer que les adultes peuvent aussi avoir peur, et que les émotions moins drôles sont tout à fait légitimes, qu’on a le droit de les ressentir et de les exprimer. 

Il y aura (et il y a déjà énormément) de souffrance chez les personnes plus démunies… La souffrance des personnes plus précarisée est exacerbée et la pandémie creuse toutes ces inégalités sociales déjà bien présentes avant le COVID. 

Je pense clairement qu’il y a aussi d’énormes conséquences sur les personnes âgées, et surtout sur la manière dont notre société les considère. La manière dont la pandémie a été gérée dans les maisons de repos, dans les hôpitaux avec les personnes âgées montrent clairement à quel point on devrait faire preuve de beaucoup plus d’humanité et d’inclusion à leur égard en les traitant comme nos racines, comme une richesse, et non comme un coût à la société…

La résilience de tous va être mise à l’épreuve (et l’est déjà fortement !)

Quels sont les avantages du temps gagné à être confiné chez soi, et par la même occasion de cette rupture face à un quotidien à du 100 à l’heure, à un manque de temps notoire « pré-covid » ?

Quand on a le luxe de le faire, on peut se demander ce qui est vraiment essentiel pour nous dans la vie.  Cette situation que l’on vit tous peut être un moment adéquat (malgré nous) pour faire le point sur notre vie, nos relations (ce qu’elles nous apportent, celles qui nous tirent vers le haut, celles qui nous font du bien ou au contraire celles qui nous drainent parfois de l’énergie) ; sur notre boulot (est-ce qu’il a du sens pour moi ? Est-ce que j’ai l’impression de contribuer à la société, est-ce que je suis dans un environnement sain pour moi ? Est-ce que j’aime ce que je fais au jour le jour… ?). 

Se poser ces questions peut nous apporter un éclairage sur notre vie, nos habitudes, et nous faire nous demander sincèrement si ce rythme effréné nous convient vraiment ou si l’on est juste emporté par cette pression sociétale. Tout ce qui en ressort est l’importance d’accepter son propre rythme, de prendre le temps d’écouter ses besoins et d’en faire une priorité. Evidemment dans la mesure du possible, et selon nos réalités personnelles ☺ 

Aussi, lors du premier confinement particulièrement, les gens se sont dirigés vers des activités beaucoup plus artistiques : beaucoup de personnes se sont mises à lire, à écrire, à faire du yoga, à se mettre au sport, ressortir des pinceaux, à travailler dans le jardin, à cuisiner, à ré-envoyer des lettres aux proches… L’ennui favorise la créativité. Et la créativité permet vraiment un retour à soi, un retour aux activités qui nous sécurise, aux activités qu’on faisait naturellement quand on était enfant mais qu’on a laissé de côté depuis (pour la plupart des gens ☺). 

Quels sont tes tips quant au fait que le Moi est plus que jamais au centre de nos vies ?

 

1. Oser vivre ses émotions : les accepter, ne pas s’en vouloir de vivre des émotions plus désagréables. Ne pas s’excuser de les vivre, ce qui compte c’est ce qu’on en fait.  Puis rappelons-nous que ressentir des émotions désagréables ne fait pas de nous une personne désagréable, ça fait juste de nous un être humain ☺ 

2. Revenir aux activités qui nous procurent de la joie : réfléchir à ce qui nous met naturellement en joie. Cuisiner, aller courir, jouer à des jeux de sociétés, peindre… peu importe, tant que l’activité nous procure de la joie et de l’enthousiasme. C’est super important de ressentir des émotions positives pour avoir la force de traverser les émotions plus désagréables. Et puis quand on fait ce qu’on aime, nos batteries sont bien rechargées ☺ 

3. Rituel de gratitude : chaque soir, écrire (ou dire dans sa tête), 3 choses pour lesquelles on est reconnaissant dans la journée. En psychologie positive, la gratitude a été étudiée pour ses nombreux bénéfices : elle nous permet de nous sentir moins seul, elle augmente notre niveau de bonheur (ainsi que celui de nos proches dès lors qu’on partage nos émotions positives autour de nous !), elle nous permet de vivre plus longtemps, et elle améliore notre santé physique et mentale. 

4. Rester connecté avec les gens qu’on aime : ce qui peut être très compliqué à vivre pour certains, c’est le manque d’interactions sociales de qualité. Nos relations de qualité sont vraiment la clé principale de l’épanouissement personnel, alors faisons en sorte de maintenir le contact par des échanges (vidéos, photos, messages, lettres…). Sans forcer les choses non plus : encore une fois, il n’y a pas de pression à se mettre, chacun doit respecter son propre rythme, ses besoins…

5. Prendre soin de notre corps : notre corps est notre carburant, et si on ne prend pas soin de lui, on ne peut pas se sentir bien. Plus que jamais, c’est important de prendre du temps pour sortir (dans la mesure du possible), juste aller marcher, faire un sport qui nous procure du plaisir et la sensation de déconnecter un peu du mental (qui va parfois à mille à l’heure). Ou juste s’asseoir, méditer, prendre quelques respirations… 

Réflexion un peu plus générale liée à la santé mentale et la pandémie 

Cette année 2020 a été hyper chargée sur le plan social, psychologique, émotionnel… Chaque personne a vécu son lot de stress et de tension à  des degrés différents et a dû faire preuve de capacités d’adaptation. Ces états émotionnels intenses peuvent faire place à de l’épuisement, à de la tristesse, à  une baisse de motivation, une fatigabilité intense, une grande baisse d’énergie (surtout au mois de novembre, là où le manque de luminosité se ressent beaucoup sur le moral). 

L’année a été difficile de manière générale, et en plus de cette pandémie viennent s’ajouter nos obstacles personnels de la vie quotidienne. Ne surtout pas se culpabiliser d’avoir des moments plus down, ne surtout pas se mettre la pression et se dire « Je suis en bonne santé » ; « Je suis dans de bonnes conditions, je ne peux pas me plaindre ». Même en vivant dans de bonnes conditions, chacun a sa propre sensibilité, et nos capacités d’adaptation sont rudement mises à l’épreuve ☺ Soyons juste indulgents. Cette période ne nous définit pas.

Enfin, on devrait prendre soin de notre santé mentale autant qu’on prend soin de notre santé physique. Lorsqu’on a facilement accès aux soins de santé, on a tellement facile à prendre rendez-vous chez le dentiste et tellement de réticence à aller consulter un psychologue. Alors que notre santé mentale est tout aussi importante que la santé physique. On ne doit pas attendre d’être en méga crise existentielle pour aller consulter. Parfois, c’est plus en termes de prévention qu’il est important d’aller déposer ses émotions et ses questionnements quelque part, dans un endroit de confiance et là où on se sent en sécurité.

Merci à Isaline Delvenne pour ces réponses pleines de résilience, de vie et d’honnêteté.

Prenez soin de vous.

La Team Kalisana

RETOUR SUR LE MOIS D’OCTOBRE

RETOUR SUR LE MOIS D’OCTOBRE

Le mois d’Octobre s’est encore avéré être bien rempli pour toute la team Kalisana! On a encore plein de bonnes nouvelles à vous annoncer! Ce mois-ci, la team n’a pas chômé et a travaillé dur pour développer de nouveaux partenariats, assister à des événements, améliorer le packaging ou encore participer à un concours!

Nouveaux partenariats

Depuis début Octobre, nous avons un nouveau magasin physique qui vous propose nos produits: T’emballe pas! Située à Ciney, cette chouette petite épicerie en vrac est remplie de merveilles. De l’alimentaire aux produits de beauté, tout ce qui est proposé est zéro déchet. Et bonne nouvelle pour Kalisana et nos amis du Condroz, notre granola est même disponible dans leur distributeur! 

https://www.facebook.com/temballepas/ 

Le deuxième partenaire, c’est le Lycée de Berlaymont. Cette école primaire et secondaire a dû se réinventer suite à la situation sanitaire exceptionnelle de cette année. L’opération “Bouge-toi pour ton école” organise donc des ventes avec des producteurs locaux pour récolter des fonds, précieux pour le développement continu de l’établissement. Kalisana a donc décidé de se joindre à cette cause et a proposé son Granola online pendant tout le mois. Mais quelque chose nous dit que cette action n’est pas finie, et que vous pourrez encore trouver nos produits pendant quelques mois sur le site internet de l’école, n’hésitez pas à y jeter un coup d’œil!

https://myfancyfair.be/produit/granola-350g/ 

Evénement

Le dimanche 4 Octobre, Kalisana s’est allié avec Oh!Listic pour proposer une journée d’exception sur le thème: Pilates & Évasion. Oh!Listic organise régulièrement des week-ends autour de 3 piliers : activité sportive, alimentation santé et détente. Au programme, introduction aux pilates, analyse de ses bienfaits au quotidien, déjeuner santé, conseils nutrition, évasion mentale grâce à la méditation guidée, yoga et bien d’autres surprises. Au cours de la journée, tous les participants ont eu la chance de recevoir quelques goodies, dont nos nouvelles Energy Balls! De quoi leur offrir une pause gourmande et pleine de vitalité! 

Nouveau Packaging

Le mois passé, on vous parlait de notre nouveau packaging en kraft, éco-responsable et recyclable. Pour continuer dans notre transition, nous avons modifié notre étiquette. Celle-ci peut vous paraître assez simple, représentant uniquement notre logo, mais détrompez-vous! Cette étiquette est faite en papier-paille composé de fibres végétales. Un choix réfléchi pour être davantage éco-responsable.

Concours

Ce mois-ci, nous avons également eu la chance de participer à un concours: les Transition Awards 2020. Ce concours met en avant et encourage des projets de transition, ayant un impact positif environnemental et/ou social. Malheureusement, Kalisana est arrivé au pied du podium, échouant de peu à la suite du concours… Mais, toute la team tenait à vous remercier du fond du coeur pour tous vos partages, vos likes et vos commentaires sur notre projet qui grandit de jour en jour <3 

Vous pouvez donc le voir, Kalisana grandit de plus en plus et nous nous réjouissons de tous les projets qui nous attendent! Nous vous conseillons de nous suivre sur nos réseaux sociaux pour ne rater aucune actualité. On peut déjà vous dire qu’on vous prépare de belles surprises pour la fin de l’année, alors rejoignez nous sur Facebook et Insta et surtout, restez connectés… 

https://www.facebook.com/kalisana.belgium/ 

https://www.instagram.com/kalisana.belgium/ 

 

RETOUR SUR LE MOIS DE SEPTEMBRE

RETOUR SUR LE MOIS DE SEPTEMBRE

Que s’est-il passé au mois de Septembre chez Kalisana?

Eh bien, ce mois de rentrée a été bien chargé pour toute la Team avec pleins de bonnes nouvelles! En 1 mois, nous avons développé des nouveaux produits, rencontré de nouveaux partenaires, conçu un nouveau packaging et même agrandi la Team.

Début septembre, nous avons accueilli notre nouvelle stagiaire, Charline. Elle a rejoint l’équipe et s’occupera du développement de Kalisana avec nous. Une aide précieuse qui va notamment s’occuper de la recherche de nouveaux partenaires et être responsable d’une surprise qu’on vous prépare pour début décembre (on vous conseille d’ailleurs de nous rejoindre sur Insta et Facebook pour être au courant le plus vite possible ;))

https://www.facebook.com/kalisana.belgium/ 

https://www.instagram.com/kalisana.belgium/ 

Nos nouveaux partenaires

Côté nouveaux partenaires, nous avons deux nouveaux partenariats. Le premier, dont on vous parlait déjà dans la Newsletter du mois passé, c’est Nutri-Bay. Cette fois-ci, ils ont reçu la commande intacte et vous pouvez donc retrouver notre granola sur leur site de e-commerce spécialisé en nutrition sportive. Grâce à eux, nous commençons même à vendre à l’international grâce à leurs clients français et luxembourgeois! Alors, allez jeter un coup d’oeil: https://www.nutri-bay.com/products/kalisana-granola-350g-sachet?_pos=2&_sid=5b6fcfa7d&_ss=r 

Le deuxième partenaire, c’est “Au sourire de la Crémière”. Ce petit magasin de ferme situé à Arquennes a lancé son projet pendant le confinement et a ouvert ses portes début août! L’épicerie regorge de produits locaux et propose notamment des produits laitiers fabriqués à partir des matières premières issues de la ferme familiale.

Nouveau packaging

Nous avons également modifié le packaging de notre granola. Vous pouvez dès à présent le retrouver soit en vrac soit dans des sachets de 350 grammes. Comme vous pouvez l’imaginez, nous avons, comme à notre habitude, pensé à notre petite planète et nos packaging sont donc en kraft, éco-responsables et recyclables!

Notre nouveau produit chouchou: les Energy balls

Qui dit rentrée dit également nouveauté! La Team Kalisana a travaillé à fond pendant l’été sur son nouveau snack : les energy balls! Existant en 3 goûts différents, ces snacks à base de fruits oléagineux et de fruits sechés vous donneront de l’énergie pour tenir toute la journée. Vous pourrez très bientôt les retrouver chez nos différents partenaires! 

Event

Fin septembre, on a également pu retourner à l’Yncubator le temps d’une soirée, pour la Foire aux projets. Une occasion de présenter notre nouveau packaging et nos nouveaux produits. Les retours n’étaient que positifs, ce qui nous a motivé à fond pour rendre nos snacks accessibles dans tous vos magasins préférés. C’était aussi l’occasion de revoir les autres Yncubés et découvrir leurs projets, on a déjà hâte de revenir au prochain évènement! 

Comme vous pouvez le voir, Kalisana a démarré sa nouvelle année sur les chapeaux de roue et toute la Team est super contente de l’avancement du projet! La newsletter d’Octobre s’annonce déjà pleine de bonnes surprises, mais je ne vous en dis pas plus pour le moment 😉 

RETOUR SUR NOS MOIS D’ETE

RETOUR SUR NOS MOIS D’ETE

Mi-pluvieux mi-ensoleillé, nous avons bien avancé cet été ! 

Nous avons commencé le mois sous les feux des projecteurs ainsi que… sous la pluie! L’Yncubator organisait une journée tournage pour sa nouvelle vidéo de promotion et nous avons eu l’opportunité de présenter Kalisana. Il pleuvait des cordes ce jour-là et nous avions l’unique chance de tourner en extérieur à Louvain-la-Neuve et de remonter toute la ville jusqu’au cyclotron, le tout chargées de nos 5 kg ! 

Bon allé, à part ce petit détail, ce fut une très chouette journée. Louise et moi avons peu d’opportunités de retourner à l’Yncubator, à Louvain-la-Neuve car nous travaillons et habitons à Bruxelles. Nous avons donc passé la journée avec d’autres étudiants-entrepreneurs, revu notre coach Françoise et notre coach IT, Eric et avons travaillé dans le coworking, comme au bon vieux temps ! 

Nos nouveaux partenariats

Côté développement des partenariats, nous avons deux nouveaux partenaires. Ha non… L’un a été confirmé, l’autre… on vous en dit plus au paragraphe suivant ! C’est donc sur l’e-commerce B.local que notre granola est disponible !  Après avoir intégré le VentureLab.be pour développer son idée, Jean-Baptiste a lancé en juin sa plateforme e-commerce qui a pour but de rassembler le plus de produits belges et durables. Allez-y faire un tour 😉 https://b-local.be/

Nous avons également rencontré un autre partenaire qui a dû repousser notre arrivée sur leur site car comment dire… nous avons eu un petit problème de packaging … Le bricolage ce n’est pas vraiment notre truc au final ! Du scotch, des cales et le mot “FRAGILE”, n’a pas été suffisant pour notre livreur. On vous laisse en juger par cette photo.

Nos testeurs adorés

Nous nous étions mis un objectif : développer de nouveaux produits d’ici fin août. Et bien, c’est chose faite! Et ça été assez rapide grâce aux talents culinaires de Louise. Comment avons-nous procédé?

1° Un brainstorming pour connaître les moments où l’on grignotait n’importe quoi sur une journée

2° De nouvelles recettes créatives de Louise

3° Recrutement d’une équipe de testeurs hétérogènes 

4° Un questionnaire pour connaître leurs avis et des consignes bien précises.

5° Distribution des 13 échantillons de test !

Résultat : trois nouveaux produits prêt à sortir début septembre (GOODNESS ALERT), et trois autres à améliorer. En tout cas, préparez vous, la fin 2020 va être riche en nouveauté 

Nouveau logo

Vous n’avez pas vu ?! Ca fait quelques semaines déjà que tout a changé chez Kalisana! Bon allé, juste le logo. Pourquoi avoir changé de logo ? 

L’ancien logo avait été créé pour notre ancien business modèle : l’ouverture d’une chaîne de fast-good durable. 

Aujourd’hui, il nous semblait dépassé et nous avions envie d’un logo peps, facilement reconnaissable et sobre. 

Et grâce au collègue d’Alicia, Jean-François, c’est chose faite. On est hyper fan de ce logo. Tellement fan, que nous sommes en train de commander plein de goodies !

La team s’agrandit, se rétrécit et … s’agrandit à nouveau !

Une stagiaire au top

Les dernières semaines de juillet nous avons accueilli Estelle, une étudiante à la LSM qui voulait une dernière expérience avant de se lancer dans le monde du travail. 

Elle s’est occupée des réseaux sociaux, de notre nouveau packaging et de prospecter de nouveaux clients. Bref! Une aide super précieuse.

Une nouvelle community manager

Haaaa… Depuis mardi, nous accueillons une nouvelle tête dans la team Kalisana : Catherine qui est notre community manager. Curieux d’en savoir plus sur elle ? Elle vous dévoile tout ce soir sur notre page Facebook

Elle va nous être d’une grande aide et nous allons pouvoir nous concentrer sur nos prochains Kali-projets. 

J’espère que vous aimez qu’on vous raconte la vie chez Kalisana !! Notre mois d’août se termine ici, car nous prenons des vacances bien méritées. Entre-temps, Cathou prend le relais sur les réseaux sociaux, embêtez-là un peu avec vos questions 😀

Une expérience chez Kalisana

Une expérience chez Kalisana

Réaliser un stage chez Kalisana fût une expérience enrichissante pour mon entrée dans le monde du travail. Elle fût brève mais intense car j’ai eu l’occasion de m’investir sur différents projets. J’étais principalement en charge de la stratégie marketing et de communication étant donné mes études en Sciences Economiques et de Gestion, mais j’ai également pû travailler sur des petits projets internes qui m’intéressaient comme le choix du packaging et de son design. 

 

Avoir poursuivi mon apprentissage dans une startup jeune et dynamique comme celle-ci a été très instructif car cela m’a permis de voir tous les aspects qui se cachent derrière le lancement d’une entreprise. J’étais curieuse d’en apprendre davantage sur l’entrepreneuriat, un monde que je ne connaissais pas il n’y pas si longtemps. Il est vrai que se lancer à son propre compte n’est pas chose aisée et qu’il faut savoir s’imposer une certaine discipline pour avancer. Mais la richesse qui accompagne un tel projet de vie est indéterminable. En effet, que ce soit sur le plan humain ou sur le plan professionnel, j’ai appris énormément de choses sur les joies et les difficultés qui accompagnent le monde de l’entrepreneuriat. 

 

En ce qui concerne les relations humaines, je me suis directement sentie à mon aise quand j’ai intégré l’équipe Kalisana. Alicia et Louise m’ont fait confiance et donné de nombreuses responsabilités dès le début. J’avais plus l’impression d’avoir le rôle de co-associée que celui parfois ingrat de la stagiaire. Cela procure un sentiment de confiance qui m’a poussé à prendre des initiatives et à m’investir réellement dans le projet comme si c’était le mien. Je recommande donc à tous les étudiants qui sont à la recherche d’un stage de venir tenter leur chance chez Kalisana pour bénéficier d’une expérience riche et inédite. 

Estelle Materne 🙂 

 

Partie 2 : Les fondements de la diététique et de la nutrition – Approfondir

Partie 2 : Les fondements de la diététique et de la nutrition – Approfondir

Au bout de deux semaines d’attente désespérément longue que la seconde partie de ce “cours” soit publié… il l’est enfin. Pour ne pas vous faire patienter davantage, bien que meubler des discussions, ou des articles sur ce blog en l’occurrence, puissent être un loisir en soi, je vais de ce pas m’attaquer à un morceau nettement plus colossal. C’est sans ménagement que l’on peut commencer (après trois phrases, on peut encore parler de commencement?) à parler de macronutriments (d’où le colossal… Ca fait sens?). 

Les macronutriments sont plus communément dénommés Protéines – Lipides – Glucides – Fibres, autrement dit quatre entités dans le domaine de la diététique et de la nutrition. 

Quoi de plus représentatif que la pyramide alimentaire pour vous expliquer en long et en large les macronutriments ainsi que leur place dans notre alimentation quotidienne. Cette pyramide alimentaire a été revue maintes fois, en voici la version francophone la plus récente. Hé oui notre cher petit pays a encore trouvé un stratagème pour faire doublement le travail. En effet, la Flandre détient sa propre version au niveau de l’alimentation… avec la pointe en bas (originale n’est-ce pas ?).

La Flandre a, elle, séparé l’activité physique de la pyramide alimentaire en tant que telle, et a ainsi créé une pyramide exclusive pour la santé et les mouvements.

Quoi qu’il en soit, les versions francophone et néerlandophone sont unanimes à ce niveau-là, l’activité physique est le principal levier de la dépense énergétique ! Elle est également régulée par le métabolisme de base ainsi que les actions liées spécifiquement aux aliments (digestion, absorption, élimination, stockage). Toutefois, elle est dépendante de l’environnement ainsi que de facteurs génétiques et individuels. On est malheureusement pas tous égaux ! Rien ne sert donc de comparer 🙂


Attaquons-nous désormais aux macronutriments.

 

Protéines

Les protéines des organismes vivants sont composés de 20 acides aminés mais seulement 9 sont essentiels, à savoir qu’ils ne peuvent être synthétisés de novo à une vitesse suffisante pour assurer le maintien des fonctions biologiques associées à l’essentialité du nutriment. 

Les acides aminés participent à la synthèse protéique ainsi qu’à la récupération musculaire post-effort. Les protéines consommées sur une journée proviennent du règne végétal à hauteur de 80% via les céréales, les tubercules et les légumineuses, et à 20% du règne animal. La digestibilité des protéines végétales est toutefois moindre que celle des protéines animales. 

Petit mémo pour les lacto-ovo-végétariens et les végétaliens : vos besoins sont donc majorés par rapport à des omnivores. 

 

Lipides

Les lipides sont les composants de nos membranes cellulaires et sont la principale forme de stockage de l’énergie. Ils sont vecteurs des vitamines liposolubles (vitamines A, D, E et K) et favorisent leur absorption. Il existe trois familles : les lipides saturés, les lipides mono-insaturés et les lipides poly-insaturés. Les premiers sont les plus athérogènes pour la santé cardiovasculaire, il faut donc veiller à les consommer avec parcimonie. Ils se cachent malheureusement partout : graisse animale, graisse laitière, biscuiterie, boulangerie, huile de palme, de coco. Ne croyez pas aux bienfaits surcotés de ces huiles exotiques ! 

Parmi les lipides poly-insaturés se cachent les oméga-6 et les oméga-3, autrement dit les acides gras essentiels ! Il faut donc les inclure dans notre alimentation afin de ne pas en être carencés. Les lipides poly-insaturés, majoritairement, ont des effets favorables sur les lipides sanguins (cholestérol, triglycérides, etc.), sur l’agrégation plaquettaire et sur l’inflammation. Afin de jouir de leurs bienfaits, la proportion de l’un et l’autre oméga est cruciale. Les oméga-6 sont largement présents dans notre consommation quotidienne tandis que les oméga-3 sont les grands oubliés. Ces derniers sont présents dans certaines huiles végétales (lin, noix, colza, germe de blé), dans les noix et dans les poissons gras (hareng, anguille, maquereau, sardine, saumon, thon). Petit tips : en prévoyant vos repas de la semaine, pensez à les inclure dans quelques repas.

 

Glucides

Les glucides sont notre carburant, pas question de les délaisser ou de laisser raison à toutes ces personnes qui les bannissent ! L’apport en glucides doit toutefois être principalement fourni par le biais d’aliments riches en fibres et en micronutriments tels que les céréales complètes, les légumineuses, les fruits et les légumes. Ceux-ci s’avèrent avoir une qualité nutritionnelle accrue. Les régimes pauvres en glucides ont des effets notoires sur les performances cognitives, sur l’humeur ainsi que sur la fatigue. L’apport en glucides, en bonnes proportions, avant l’effort, garantit un apport énergétique qui sera correctement oxydé. Pendant l’effort, ils permettent de maintenir les réserves en glycogène (et donc l’énergie nécessaire induite par l’effort). Après, les glucides contribuent à la restauration complète du glycogène ainsi que l’absorption des protéines. Que ce soit pour des personnes désireuses de perdre du poids, des sportifs, ou des personnes sédentaires, les glucides ont une place non négligeables dans notre alimentation, alors participez à leur bonne presse.

Une nuance est toutefois à pointer du doigt. Sur les étiquettes nutritionnelles, nous pouvons lire en-dessous de la ligne glucides, le “dont sucres” faisant référence aux monosaccharides (glucose, fructose, galactose), aux disaccharides (saccharose, lactose, maltose, tréhalose) et aux polyols (sorbitol, mannitol, lactitol, xylitol, erythritol, isomalt, maltitol). Beaucoup de ces “oses” sont naturellement présents dans les aliments. D’autres y sont ajoutés (sirop de fructose, sucre raffiné, sucre non raffiné, …). Veillez donc à lire la liste des ingrédients afin de pouvoir critiquer le nombre inscrit à côté de cette fameuse ligne. 

 

Fibres

Sans rentrer cette fois dans les détails des fibres au niveau de leur solubilité, de leur fermentescibilité, de leur caractère prébiotique, et j’en passe… elles ont de nombreux effets sur la santé. En effet, un apport élevé en fibres contribue à une prévalence plus faible de maladie coronarienne, d’accident vasculaire cérébral et de maladies vasculaires périphériques. Cela réduit également les facteurs de risque tels que le diabète de type 2, l’obésité, l’hypertension ainsi que la dyslipidémie. Elles stimulent, par le biais des acides gras à chaîne courte, le système immunitaire. Les fibres s’avèrent être un partenaire idéal étant donné que la densité énergétique est souvent moindre et que la qualité nutritionnelle est, elle, accrue. 

 

Ce chapitre s’est donné pour mission de passer en revue les nutriments répertoriés sur les étiquetages nutritionnels afin de quelque peu les démystifier. Il permet ainsi de les présenter de façon sommaire et d’en comprendre les rôles. 

 

En espérant que l’audience soit toujours attentive à la fin de cet article. 

 

Louise Florizoone

 

Retour de notre mois de juin

Retour de notre mois de juin

Que s’est-il passé au mois de juin chez Kalisana ? 

Hé bien ! Que du bon ! Et quel mois ! 

Après quelques semaines à réfléchir et brainstormer sur la manière dont Kalisana allait revenir sur les rails, nous avons décidé de faire au plus simple : une vente exclusive de notre granola dans nos trois villes préférées (Namur-Louvain-la-Neuve-Bruxelles) avec un partenaire particulier dans chaque ville.

Une première production grande échelle

Allé hop, c’est parti. Nous ouvrons les commandes via google form le 1er juin et les fermons le 10 juin. Résultat : 29 kilos achetés par notre communauté <3 et plus de 10 kilos par nos futurs partenaires. Allé hop, notre premier objectif de reprise est atteint ! 

Ok, nickel, par contre, combien de temps ça prend de produire 40 kg ? On stocke ça dans quoi (car notre granola est vendu en vrac, vive le zéro déchet!) ? On est sûr du temps de cuisson de ce four ? 

Après un nouveau brainstorming et un bon planning de production (serré on vous l’avoue), nous trouvons des solutions et nous sommes fin prêtes le samedi pour produire nos 40kg. Masquées et mains lavées, Louise s’occupe du kasha, moi (Alicia), de l’avoine. Tout d’un coup, je m’arrête et regarde Louise avec des grands yeux écarquillés. Louise s’arrête elle aussi et me demande quel est le nouveau problème. Je lui dis que cet avoine est très très bizarre ! Nous avions commandé de l’avoine entier et non en flocon ! Notre fournisseur qui ne rouvre que le lundi n’est pas une solution, nous courons donc dans notre magasin en vrac préféré pour leur acheter un paquet de 25 kg (on est vraiment très bons clients).

Finalement, la production qui aurait dû être terminée en une journée, s’est en fait passée en plusieurs jours :p Mais ce qui compte : nous avons revu nos clients, nous avons papoté avec eux, nous avons eu des feedbacks et surtout, nous avons appris à commander le bon avoine ! 

A la recherche de l’atelier de nos rêves

Nous avons également roulé à gauche à droite pour trouver l’atelier de nos rêves et nous professionnaliser. Malheureusement, ce n’est pas encore une réalité et nous sommes toujours à la recherche d’un local disposant de grands fours pour cuire nos granolas plus vite. 

Pouvez-vous être nos yeux et nos oreilles ? Si vous connaissez une boulangerie, un restaurant ou autre qui serait prêt à nous accueillir 1 ou 2 jours par mois, disposant de grands fours et de matériel type hachoir, parlez-leur de nous ou partagez vos contacts, ça nous sera d’une grande aide !

Des premiers partenariats

Et le meilleur pour la fin… Nous avons également discuté avec pas mal de partenaires et nous avons concrétisé trois collaborations : 

  • Nous sommes disponibles sur l’épicerie en ligne Eat’s local… 

  • … Ainsi que sur la vitrine locale, qui nous livre maintenant dans toute la Belgique

  • Monsieur Bowl, poké bar, est notre premier restaurant partenaire ! La patronne s’amuse à inventer des recettes avec notre Spring Granola et le propose même lors de ses brunchs !

On se voit le mois prochain pour un résumé de nos aventures du mois de juillet ! Envie de suivre en temps réel nos aventures ? Rendez-vous sur Facebook et Instagram et suivez nos pages Kalisana.belgium.

Partie 1 – Les fondements de la nutrition et de la diététique : Se familiariser

Partie 1 – Les fondements de la nutrition et de la diététique : Se familiariser

(J’espère que vous aimez ce pseudo intitulé de cours à 5 crédits).

Nous vivons et nous consommons. Telle est la réalité ou en tout cas une des façons de voir la réalité. Face à l’expansion du nombre de petits commerces/épiceries/supermarchés (j’ai classé ces dénominations comme les poupées russes… vous voyez?) et, par la même occasion, du nombre de produits alimentaires auxquels nous sommes exposés, il est parfois difficile d’émettre un avis et de choisir en connaissance de cause. Alors le gouvernement français a mis en place, il y a quelques années, le système du Nutri-score. Ce système d’étiquetage nutritionnel comprend cinq lettres, allant de A à E et du vert au rouge, correspondant à la qualité nutritionnel d’un produit alimentaire. Malin comme invention n’est-ce pas ? Mais est-ce aussi simple que ça à déchiffrer ?

Quelques éclaircissements au sujet du Nutri-score :

Tout d’abord, le Nutri-score est attribué selon les qualités nutritionnelles d’un produit et est toujours calculé pour 100g d’aliment.

De plus, il est calculé en tenant compte, d’une part, des points positifs du produit alimentaire, à savoir la présence de : fibres, protéines, fruits, légumes, légumineuses, fruits à coques, huile de colza, noix et olive. D’autre part, des points négatifs : calories, acides gras saturés, sucres, sel.

Enfin, il a été imaginé dans le but de pouvoir comparer des produits au sein d’une même famille alimentaire. En effet, prenons à tout hasard les céréales petit-déjeuner. Des céréales de la marque connue de tous et dont on ne citera pas le nom mais qui commence par un K … (je parle de Kellogg et pas de Kalisana, nettement plus réputée, bien entendu) se verront attribuer un D. Autant vous dire que son contenu nutritionnel les relégue au bas de l’échelle. Et à quoi bon avoir l’estomac rempli tout au plus une à deux heures ? Tandis que notre Spring Granola se verrait sans doute attribuer la lettre B (car calculé sur 100g d’aliment. Une portion de 40-50g, variant selon la corpulence et l’athlétivité de l’individu X, serait plus adaptée pour le petit-déjeuner).

Après avoir dressé un résumé non exhaustif de cet outil nutritionnel mis sur le marché pour aider le consommateur, nous pouvons désormais nous attaquer aux prémices de l’étiquetage nutritionnel.
Certaines choses y sont obligatoires :

La dénomination de vente ;

La liste des ingrédients ;

La date limite de consommation ;

La quantité ;

Les conditions de conservation et d’utilisation ;

Le mode d’emploi ;

Le nom et l’adresse du fabricant/site de conditionnement/vendeur/distributeur ;

Le numéro de lot ;

Les valeurs nutritionnelles

Une des obligations ci-dessus nous amène parfois à s’arracher les cheveux tant elle est composée d’un nombre incalculable d’aliments, d’additifs, d’arômes, et j’en passe. Ce n’est autre que … la liste d’ingrédients. Les aliments y figurant sont classés par ordre de grandeur. Ainsi, le premier sur la liste est celui qui y est majoritaire, et ainsi de suite. De plus, le pourcentage réel n’est obligatoire que pour les aliments figurant dans la dénomination de vente de l’aliment. Cette liste contient parfois des additifs et/ou des arômes. Les premiers, synthétiques ou naturels, sont ajoutés intentionnellement aux denrées alimentaires afin de faciliter le processus de fabrication, d’en améliorer l’apparence, le goût, etc. Ils sont légalisés et répertoriés selon une côte d’appréciation sur le site suivant : https://www.quechoisir.org/dossier-additif-alimentaire-t139/
Les seconds, eux, agrémentent les produits d’une odeur et/ou d’un goût modifié.

Ainsi, l’industrie alimentaire a progressivement joué avec différents stratagèmes pour tromper le goût et le plaisir alimentaire des consommateurs. Cela a eu des répercussions sur les habitudes mais également les sensations alimentaires des individus.

Et si on se réappropriait une nourriture de qualité, en pleine conscience et sans culpabilité ?

Dans deux semaines, je passerai en revue la lecture des valeurs nutritionnelles afin de vous familiariser avec les différents macronutriments.

Ne manquez pas notre dernier, mais pas des moindres, revendeur de notre Spring Granola : https://www.nutri-bay.com/collections/kalisana

La realite de l’entrepreneuriat dans l’agro-alimentaire

La realite de l’entrepreneuriat dans l’agro-alimentaire

En trois ans d’entrepreneuriat, on m’a posé pas mal de questions sur la manière dont j’avais commencé à monter Kalisana. C’est une question simple dont la réponse est complexe. Aujourd’hui, je n’ai pas la même réponse qu’il y a un an ou plus. Après à peine un an d’expérience entrepreneuriale dans le secteur de l’agroalimentaire, ma vision avait déjà changé ! 

Cette aventure que j’ai décidé de débuter à la fin de ma troisième année d’université, je l’ai abordée avec beaucoup de naïveté (ce qui est très utile dans l’entrepreneuriat – moins on en sait, plus on tente sans crainte, sans frein et plus on acquière de l’expérience). 

 

Mon pourquoi 

Entreprendre dans la food me paraissait facile. En effet, tout le monde doit se nourrir. Ce n’est pas un secteur qui risque de disparaître et il est plutôt trendy. De plus, j’étais motivée par un besoin et une envie de changer les tendances food à Louvain-la-Neuve. En effet, trois années passées dans cette petite ville et toujours pas d’alternatives pour manger sainement et durablement. Hormis ce manque cruel de solutions saines, je suis de plus en plus dégoûtée de ce marketing à deux balles des marques qui promettent des produits sains, vantant des capacités à faire perdre du poids ou à te faire sentir en meilleure forme. Finalement, j’avais perdu confiance en ces marques et j’ai fini par ne plus savoir quoi acheter pour manger sainement.

 

L’envie d’un monde meilleur 

Toujours avec autant de naïveté, ma volonté est alors de créer une marque forte de ses valeurs, de ses prix abordables pour le consommateur et dotée d’une éthique (transparente dans la composition de ses produits, et qui n’empoisonne pas Mr et Mme Tout Le Monde!). Avec toute la volonté du monde, je m’impose des freins : des recettes équilibrées (et merci Louise d’avoir toujours veiller à cela), des emballages compostables, des produits bio et des prix abordables surtout !

 

Les difficultés du marché de la healthy food 

Sauf que voilà, je n’ai finalement pas choisi le secteur le plus facile, comme je le pensais. Oui, tout le monde doit se nourrir c’est un fait. La réalité est que cela peut inspirer tout le monde. Les entrepreneurs food s’accumulent donc et saturent le marché. Sauf qu’en fait, ce marché de la food, et celui du healthy food plus particulièrement, est saturé par des marques qui : 

  • Soit n’y connaissent rien et font du terme “healthy” un élément marketing 

  • Soit ont fini par mettre leurs valeurs de côté à cause de la pression des concurrents et des prix toujours plus bas.

Mais ça ne s’arrête pas là ! Si on campe sur nos valeurs et que l’on se promet de rester toujours éthique à ce niveau-là, qu’en est-il du prix ? Comment fait-on pour garder un prix juste face à des marques qui sont clairement passées du côté obscur ? Le panier moyen dans l’alimentaire est assez bas, ce qui veut dire que les marges le sont aussi et qu’il faut donc produire en assez grande quantité que pour pouvoir entrer dans ses frais et bénéficier également de prix grossistes intéressants. Mais comment fait-on si on est un petit poisson éthique face à un requin obnubilé par son profit ? 

Enfin, la troisième difficulté est qu’à côté de tout le business, il y a : la finance, la communication, la prospection, le customer care, la production, la comm et la comm et la comm (oups, déjà dit…) mais aussi la stratégie (long terme, moyen terme, court terme). Ce qui veut dire qu’il faut se tenir au courant de ce qu’il se passe dans le monde de la food qui, certes, est tendance mais par la même occasion, très évolutif. Et donc, il faut prendre le temps de s’informer, de lire et de voyager (et pour l’instant, on s’en tient aux voyages sur internet car le coco19 est toujours là!). C’est super prenant et intéressant ! Oups, on n’a malheureusement que 24 heures dans une journée !

 

Mais alors comment faire pour entreprendre de manière éthique dans l’agroalimentaire quand on démarre de rien ? 

 

Vous en pensez quoi vous ? Nous avons nos solutions qu’on partagera avec plaisir autour d’un petit café, just ask ! 

Quatre raisons de commander notre Spring Granola*

Quatre raisons de commander notre Spring Granola*

Hé oui… C’est d’actualité n’est-ce pas ?!

Au cas où vous auriez loupé l’information, qui elle n’est pas exclusive, notre vente B2C (celle-ci a pour but de financer notre production à grande échelle à destination du B2B) a désormais démarré depuis le 29 mai et prend fin le 10 juin. Ce qui laisse trois jours pour convaincre les plus indécis de commander d’ici la fin ou trois jours pour même les fidéliser à acheter chez nos futurs partenaires. Les objectifs semblent certes ambitieux mais notre binôme fait preuve de témérité.

Faites place à l’argumentaire…

Quatre raisons de commander notre Spring Granola

  1. Kalisana, c’est une start-up belge avec à sa tête, deux jeunes namuroises soucieuses de s’alimenter facilement, de manière équilibrée et responsable. Jusque-là, tu t’y retrouves ?
  2. Notre Spring Granola, c’était le topping phare du projet précédent (aka de Prends-en-de-la-graine). Et comme la pomme ne tombe jamais bien loin de l’arbre… Nous avons décidé de garder ce produit au sein de notre gamme. Il est croustillant grâce aux éclats de noisettes et fondant grâce aux pépites de chocolat. Mais pas seulement ! Il est riche en protéines et en lipides, ce qui concède de le consommer avec parcimonie, à raison d’une trentaine de grammes et accompagné de yaourt/fromage blanc/lait ainsi qu’un fruit de saison. Son apport en glucides, dont les sucres, en fait un granola nutritionnellement intéressant.
  3. L’aspect nutritif a, je l’espère, contribué à déjà un peu plus remplir la jauge nommée “Après cet article, je l’achète ce Spring Granola”. Donc, hypothétiquement, la jauge est à la moitié, couleur orange, vous voyez ? On ne relâche pas les efforts, on voit déjà la lumière au bout du tunnel ! Parlons désormais de la production ainsi que l’origine des produits du Spring Granola. Celui-ci est, d’une part, produit dans un atelier situé en Wallonie et confectionné de nos mains (et à la sueur de notre front). D’autre part, les produits sont issus de l’agriculture biologique.
  4. Les dimensions responsable ainsi que personnalisable de notre offre se reflètent dans notre vente qui prend cours. Et pourquoi ? Notre vente est proposée aux consommateurs sous différentes formes ainsi que sous différentes quantités. En effet, il est achetable en bocal, en sac à vrac ou encore en vrac, en amenant son propre contenant. De plus, vous avez le choix entre deux dosages. Sachant l’étendue de notre communauté, nous avons prévu trois lieux de retrait de vos commandes : le 15 juin de 16 à 18h chez Monsieur Bowl à Louvain-la-Neuve, le mercredi 17 juin de 16 à 18h au The Barn à Etterbeek ou encore le 19 juin de 16 à 18h au Mex And Go à Namur.

Les commandes se font via le lien suivant : https://cutt.ly/pyGdyY5 

*La genèse du quatre est issu des quatres saisons (j’ai trouvé sur Google Translate que Spring en anglais ça voulait dire printemps)

Confilibrer… votre alimentation

Confilibrer… votre alimentation

Confilibrer… est un mot-valise. Ou un mot composé. Ou un mot dérivé. Je ne sais pas dans quelle catégorie le placer et je suis toute ouïe qu’un professeur de français éclaire ma lanterne. Mais tel n’est pas le débat…
Confilibrer, c’est en tout cas une juxtaposition de mots.
D’une part, le mot “confinement”, dont on entend parler depuis deux mois et demi et qui a progressivement laissé place au “déconfinement”. Un enième conseil de sécurité a lieu ce mercredi. On pourra enfin en savoir plus quant à un éventuel retour dans les bars et restaurants. Et notre estomac s’en réjouit! Mais je m’égare à nouveau.
D’autre part, le mot “équilibrer” qui, sous sa forme adjectivale, est repris dans notre mission. Hé oui… Notre mission est de permettre à chacun de s’alimenter facilement, de manière équilibrée et responsable.

Après avoir identifié le mot dont il est question, il s’agit maintenant de s’y attaquer. En ces temps confinés, il n’a pas toujours été évident de respecter une structure alimentaire. De plus, hormis l’alimentation, le sommeil, la santé mentale, la santé physique ont, eux aussi, été soumis à pas mal de chamboulements. Pour garder le cap, il a fallu gérer ça d’une main de maitre, afin de tenir sur la longueur. Dès lors, de nouvelles habitudes ont dû, par la force des choses, être mises en place. Certaines pour un mieux, ce qui nous interroge quant au “après” confinement car oui, il y aura un après. D’autres qu’il faudra rapidement corriger lors de ce dit “après” confinement. Loin de moi l’idée de vous blâmer et quand bien même vous y songiez, on est loin du temps où la diététicienne dicte ce qu’il faut manger ou non. Je suis partisane d’une qualité alimentaire accrue favorisée par un rééquilibrage alimentaire. Ce n’est pas pour autant synonyme d’équilibre parfait tous les jours. Il y a des jours où l’envie y est moins, des saisons où les “trigger foods” prennent le dessus et des événements qui chamboulent nos sensations alimentaires. Et c’est ça qui nous rend humain aussi. Un peu d’aide n’est également jamais de trop.

Alors, mon rôle, par ce post, quel est-il ? De simplement évoquer quelques tips qui permettront d’ancrer quelques bonnes habitudes à favoriser.

x Comptez un intervalle de quatre heures entre vos prises alimentaires et consacrez-y une durée de vingt à trente minutes.
x Dégustez ce que vous mangez en “pleine conscience”, à savoir sans écran (au revoir le multitasking) et de préférence assis à table.
x Nécessaire à votre productivité, pensez à la qualité de votre sommeil. Dès lors, évitez les repas tardifs, copieux ou alcoolisés.
x Adaptez la quantité de vos repas à votre dépense énergétique. Inutile de penser, pour autant, à compter vos calories… La faim se fait savoir assez simplement mais chaque individu a ses propres signaux : gargouillements, baisse de concentration, etc. La limite du “j’ai assez mangé” est, elle, plus difficile à percevoir. Apprenez à écouter votre corps, les signaux de faim, de rassasiement, de satiété.
x Au même titre que la vie professionnelle et la vie sociale peuvent être fort chargées, notre alimentation mérite, elle aussi, de l’organisation. Pensez à établir une liste de menus pour la semaine afin de jouir d’une alimentation variée. Cela permet également de limiter les achats superflus et/ou ceux dictés par un ventre vide lors des courses.

J’espère que cela vous a plu.

Je vous souhaite d’avance un bon confilibrage.

Louise Florizoone

Kalisana : kesako ?

– Petite piqûre de rappel –

 Le 4 octobre 2019.

C’est le genre de date qui reste dans les anales. Une date à marquer d’un fer rouge dans un calendrier. Une date inoubliable pour faire simple. Pour ceux qui ont vécu ce moment en temps réel, j’ose parier que vous avez déjà cet événement sur le bout de la langue. Pour les autres, laissez-moi vous éclairer. C’est le jour où “Prends-en de la graine” est devenu “Kalisana”. Mais pas seulement… Les trois fondateurs, Alicia Verspecht, Manuèle Robin et Benjamin Hers ont décidé de donner une nouvelle identité visuelle à leur entreprise.

Aidés de Xavier Warrant, designer chez Deepwhite, le nom Kalisana a vu le jour. D’une part, “Kali” provient de Kaliméra, synonyme de “Bonjour” en grec. Mais Kali fait également allusion à la qualité des produits utilisés dans les recettes imaginées par la team. D’autre part, “Sana” est la traduction espagnole de “sain”, autrement dit un mot largement utilisé dans la mission que s’est donnée les trois fondateurs.

Ce nom de marque vous fait voyager, pas vrai ? Compte tenu des temps actuels de crise sanitaire, quoi de mieux qu’un voyage commençant dès le matin dans votre assiette ? 

 Petit time lapse désormais et nous voilà maintenant au 4 avril 2020. Deuxième date importante… Vous me suivez toujours ?

Je ne vais pas refaire le même discours sur l’importance de la date blablabla je vous rassure. Toutefois, Kalisana a, en quelque sorte,  vu le jour à nouveau. En effet, Alicia Verspecht, à ce jour seule dans le projet, propose à Louise Florizoone de s’y greffer. Depuis lors, la mission et les valeurs sont réinventées pour coïncider avec nos désidératas. Je vous épargne quant à la longueur de cet article et vous invite à retrouver l’explication de celles-ci dans l’onglet “Notre histoire”. 

Cependant, j’aimerais vous parler de notre seconde valeur, celle d’offrir une gamme de produits diversifiés. Cela a été pensé dans le but de pouvoir convenir à vos préférences personnelles, qu’importe votre régime alimentaire, le lieu où vous vous trouvez ou vos activités qui rythment vos journées (même en confinement). Du sportif invétéré soucieux d’avoir un en-cas entre deux séances de sport au jeune cadre dynamique qui ne prend pas le temps de déjeuner avant de partir au boulot… Du “sans gluten” au “riche en fibres”. Nous sommes soucieuses de vous offrir un Kali adapté à vos quotidiens.

Dans un souci de transparence, nous avons quelques difficultés à mesurer l’échéance possible quant à l’élargissement de notre gamme de produits. Par le simple fait que nous voulons pouvoir avoir une vision franche du marché du granola mais également des snacks équilibrés que nous voulons mettre à votre disposition. Nous désirons également que notre communauté actuelle adhère à la route que nous déciderons d’emprunter.

En espérant avoir répondu à vos éventuelles interrogations quant à Kalisana, à sa continuité et… que nous avons fait grandir votre envie de croire en nous et à la réalisation de ces merveilleux projets auxquels nous songeons.

Kalisanament vôtre,

Louise Florizoone

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial
Facebook
Instagram
0